Après Almaty, nous visitons plusieurs parcs à l’est, pas loin des frontières Chinoises et Kirghizes. Je le fais en deux articles, trop de photos! Dans la première partie nous allons dans les gorges de Turgen puis faisons la première visite du parc Altyn Emel

Nous commençons par les gorges de Turgen . Philippe tenait à les faire, moi pas particulièrement. Comme elles ne sont pas loin c’était dommage de nous en priver. On paye pour entrer dans le parc puis on roule dans la gorge le long de la rivière. On passe un ranch, des campements avec des yourtes, un village, on cherche un endroit isolé, joli, où on peut garer nos 7 m de long, et où on capte un peu (sous entendu du réseau). Hé bien nous longerons 3 fois la rivière pour finalement trouver un coin tranquille au bord de l’eau mais où on ne capte pas. De toute façon on ne captait nulle part… Dommage on sait que demain il pleut, on aurait pu en profiter pour poster un article et préparer la suite du voyage…Oui, accrocs…. On se pose et on passe une première nuit sous la pluie. Puis la journée du lendemain sous la pluie. J’ai lu touuuute la journée, Philippe était un peu malade, il en a profité pour se reposer … Cette journée de pluie tombait bien finalement. Le lendemain nous sommes allés faire une petite rando de 15km pour aller voir une cascade. Voilà. Pas d’un intérêt phénoménal. Paysage plutôt commun dans nos Alpes. Mais bien agréable et pas trop sévère pour Philippe encore fragile. On a croisé un paquet de randonneurs locaux du dimanche qui nous demandaient sans arrêt si c’était encore loin… Rhoo les touristes 😉 !!! On a pu photographier l’oiseau bleu 😀 ! Nous avons tenté d’aller à vélo sur un plateau d’où la vue devait être belle, mais la côte étant beaucoup trop raide on a abandonné. 

Le lendemain, nous prenons la route pour le parc « Altyn Emel ».

Un immense parc naturel (4600 km²). Celui-là je ne voulais rien en rater. Réputé pour sa montagne blanche et une dune chantante accessibles via une entrée du parc, et des pétroglyphes accessibles via une autre entrée. On a commencé par les pétroglyphes. Pas tellement pour celles-ci mais pour le paysage. Fallait vraiment avoir envie parce qu’on s’est tapé une piste d’une trentaine de km où on a roulé à 15 km/h sans jamais dépasser les 20km/h. Ça laisse le temps d’observer le paysage. On a roulé sur un plateau désert, entre la montagne et un lac, sauvage, au soleil couchant c’était magnifique. On arrive à l’entrée du parc, la maison du gardien, il explique qu’il y a encore 20km jusqu’à un campement possible dans le parc, et comme il est tard, il propose qu’on se gare derrière sa maison. Ce qu’on a fait, à côté d’une vielle carcasse de bagnole à laquelle j’ai trouvé beaucoup de charme. Il avait vraiment une bonne tête le gardien. Il s’est posé sur son petit tabouret, observait le paysage aux jumelles, il a montré des chèvres à Philippe… On a parlé de notre itinéraire du lendemain, il nous a déconseillé d’aller aux pétroglyphes avec le camping-car à cause des cailloux sur la route, et nous a confirmé qu’on pourrait la faire en vélo. Parfait! Et puis madame a appelé pour la soupe… Et 21h extinction des feux, silence absolu.

Le lendemain matin réveil à 6h, on se tape quand même encore 18km de piste…. On est accueilli par l’aigle royal, qui vole et se pose en nous accompagnant un peu… La classe. On gare le cc et on prend le chemin avec nos vélos. On a 6 ou 7 km à faire pour atteindre la montagne. Mais qu’il fait chaud!!! Punaise! A seulement 8h du mat! Et elle ne paraissait pas si loin cette montagne! Alors on fait des pauses… Et Oh ! Miracle ! On aperçoit des gazelles au loin 😀 ! Elles nous observent, on voit leurs petits culs blancs sauter et disparaitre derrière la colline. On n’a déjà pas perdu notre journée :D. On continue jusqu’aux pétroglyphes, aucune indication, chaleur, soleil, parfois un petit courant d’air, personne, on voit quelques pétroglyphes, des nids d’aigle, et on fait demi tour, en espérant revoir d’autres gazelles, et ça va marcher!!! Il est temps de déjeuner, on avance jusqu’au lac, et on découvre derrière quelques arbres, une bande de pêcheurs organisés, quelques 4*4 garés groupés, une tente, des gars qui pique-niquent, et peut être une vingtaine de cane-à-pêches installées. On se croirait à la mer, un bon vent frais vient nous rafraichir, des mouettes et autres oiseaux jouent devant les lignes des pêcheurs. Ciel bleu, lumière intense, on déjeune tranquille, sieste et en route pour l’autre partie du parc. On a quand même une cinquantaine de km de piste à faire….

Le lendemain, la route est vraiment belle pour aller jusqu’au village de Basshi (Kalinino sur la carte) pas loin de l’autre entrée du parc Altyn Emel. Les paysages font vraiment penser à la Mongolie. De toute façon on n’est pas loin… On voit des pâturages, la récolte de foins, et très très loin l’horizon est façonné par les montagnes. Les couleurs sont magnifiques, du jaune, au vert, orangé, marron, elles me donnent envie de dessiner ou de peindre (sans avoir le talent) mais l’envie de passer du temps sur ces nuances subtiles de couleurs. Ce n’est pas la première fois que cette envie me vient. Depuis quelques temps, les paysages invitent à la contemplation.

Voilà pour la première partie des parcs. La suite, arrive 😀

Catégories : Kazakhstan

3 commentaires

Cécile M (Alcyor) · 27 août 2019 à 13:19

Plein de belles couleurs en effet, mais pas besoin de dessiner tu fais déjà de très belles photos 🙂

    Estelle Rhoo · 29 août 2019 à 03:12

    Merci 😊

Chapître · 6 septembre 2019 à 14:06

Tu devrais laisser parler ton envie de peindre. C’est vraiment maintenant, où vous vous laissez du temps pour vous que tu peux te mettre à une telle activité. Je t’encourage à tester LANCE TOI ! La peinture c’est un mood !

Laisser un commentaire