Cette Fiche Pratique sur le Kirghizistan a été réalisée AVANT d’y aller, à partir des informations récupérées sur Internet. Il s’avère que certaines de ces informations sont incomplètes ou erronées. J’ai donc mis à jour l’article – le 10/10/2019 – à la suite de notre traversée de ce pays, avec les bonnes informations (les corrections à posteriori sont en bleu italique)

Conduire au Kirghizistan

Limitations de vitesse

Les limitations de vitesse au Kirghizistan sont les mêmes qu’au Kazakhstan :

  • En ville : 60 km/h
  • Sur route : 90 km/h

Avec des limitations intermédiaires mais annoncées: 40 km/h, 50 km/h, 70 km/h …

Alcoolémie

Ca y est, on va pouvoir boire un petit peu au resto avant de reprendre la route: 0,5g/l => il s’avère que cette information est fausse. Finalement, comme tous les pays d’Asie centrale, le taux d’alcoolémie autorisé au Kirghizstan est de 0g/l.

Spécificités du Kirghizistan

  • En dehors des villes et villages, il faut toujours rouler avec les feux allumés. Le plus simple donc: garder toujours les feux allumés, comme au Kazakhstan. C’est d’ailleurs le plus gros piège à touristes pour la police locale…
  • Aux rond-points, c’est la même règle que celui de l’arc de triomphe: priorité aux entrants ! Ce n’est pas si clair que ça lorsqu’on le confronte au réel de la circulation Kirghize… En pratique, il vaut mieux arriver doucement et rentrer dans le rond-point en fonction du comportement de ceux qui y sont déja…. Idem pour la sortie.
  • Il faut faire très attention aux animaux qui traversent la route (sans regarder ! 🙂 ): vaches, moutons, chevaux, chiens, … Et pour doubler un troupeau, il faut user du klaxon sinon, vous pouvez y passer la journée :). Et à ce moment là, on change les règles: la route est pour les animaux, les bas-côtés pour les voitures :).
  • Les villes/villages sont indiqués par des panneaux à l’entrée (noir sur fond blanc) et à la sortie (barrés rouge). Bien être à 60 km/h en arrivant sur le panneau.
    Alors autant le panneau de la ville est bien présent à l’entrée des villages, autant celui de sortie est nettement aléatoire… Il faut donc surveiller le panneau d’entrée présent dans l’autre sens pour s’assurer que l’on est bien sorti du village.
  • La police est présente surtout autour de Bichkek, Och et au nord du lac Issyk-Kul (notamment à l’entrée des villages). De manière générale, si vous avez vos feux allumés et que vous respectez les limitations de vitesse, vous n’aurez pas de problème. Mais il existe tout de même quelques « pièges », notamment le coup du panneau peu visible. Heureusement, les amendes sont peu salées (de 13€ à 40€ pour les petites amendes). A noter: demandez à obtenir le ticket de l’amende. Cela permet parfois de la faire baisser………. Autre astuce: demander à payer en CB. Selon la loi, la police doit accepter les paiements en CB.

Routes

Les routes entre les principales villes du Kirghizistan sont d’assez bonnes qualité, mais on tombe rapidement sur des routes « rapiécées » à l’extrême ou des pistes dès qu’on s’en écarte. Le site Caravanistan donne une petite liste des routes de bonnes qualité. Les meilleures routes sont celle qui va de Bishkek jusqu’à la frontière chinoise (vers le caravanserail de Tash-Rabat), et celle qui va de Osh jusqu’à la vallée de l’Alaï. Et bientôt, la route qui traverse le centre du pays pour aller de Djalalabad à Kochkor.

Le pays étant très montagneux, on devrait avoir quelques difficultés à se rendre dans certaines zones à visiter ou à atteindre des départs de randonnées/treks. Il va falloir certainement trouver des lieux où parquer notre camping-car pendant quelques jours et emprunter ensuite des Marchroutkas ou des taxis.
Finalement, le seul moment où on a laissé le camping-car, ce fut pour aller au lac de Son-Kul. C’est peut-être faisable en camping-car, mais c’est chaud… Et c’est 50 km de piste. Et on n’est pas allé dans des régions qui nécessitaient plus d’une 20aine de kilomètres de pistes. Clairement, notre camping-car n’est pas prévu pour ça. Ça n’empêche pas de bien profiter du Kirghizstan.

Stationner au Kirghizistan

En journée

La plupart des parkings sont gratuits en ville. Et le pays est très sûr: aucune difficulté à laisser le camping-car dans un endroit pour la journée.

Pour la nuit

Il est possible de s’installer un peu partout en pleine nature. Il faut juste s’assurer à chaque fois que le sol peut correctement supporter nos presque 4 tonnes. Et se préparer à une éventuelle visite des animaux en libertés ou à la curiosité d’un kirghize de passage.

En ville, il est possible de s’installer sur le parking des hôtels en demandant l’autorisation à l’accueil. On a plutôt utilisé l’appli iOverlander pour trouver des guest-houses afin de laver notre linge.

Energies

Essence

On trouve du diesel un peu partout mais attention tout de même aux zones reculées.

Prix moyen d’un litre de diesel: 0,66€.

Côté station, il vaut mieux s’approvisionner aux stations Gazprom/Neft. Et plutôt en ville que dans les villages. Très très peu de stations acceptent la CB.

Eaux / WC

L’eau du robinet n’est pas potable. Il est donc nécessaire de boire l’eau en bouteille.

Le ravitaillement en eau peut se faire de plusieurs façons: soit à des sources – que l’on peut localiser sur iOverlander ou sur l’appli OSMAnd – soit à l’aide de petites pompes à eau, qui se trouvent dans les villages en bord de rues.

Pour la vidange des eaux grises, cela se fait en pleine nature.

On a surtout eu des difficultés à jeter nos eaux noires. Mêmes si elles sont sans produits chimiques, il est parfois difficile de trouver des WC disponibles (une petite cabane qui entoure un simple trou dans le sol). Dans ces cas-là, on a utilisé la pelle et un coin isolé dans la nature…

Gaz

Le remplissage des bouteilles de gaz en propane se fait dans les stations services: il faut repérer celles qui vendent du gaz pour les voitures et espérer qu’elles aient le bon embout. Attention: il faut donner la quantité de gaz à remplir. Pour nos bouteilles de 13 kg, on demandait 19 litres ou 10 kg.

Electricité

La fréquence est la même (50Hz) mais le voltage est légèrement plus bas au Kirghizistan (220V) qu’en France (230V). Mais cela ne pose pas de problème pour les appareils (on est dans la tolérance prévue par les fabricants). Et pas besoin d’adaptateur : les prises de courant sont compatibles avec les fiches mâles de nos appareils. Par contre, peu de prises reliées à la terre.

De toute façon, à moins d’avoir plusieurs jours sans soleil, on n’a pas besoin de se brancher sur du 220 volts avec notre panneau solaire et nos équipements adaptés au 12v.

Poubelles

Pas toujours évident de trouver un endroit pour jeter ses poubelles. Petite astuce: il faut chercher le mot « MYCOP » (Moussor), cela signifie « Poubelle » en russe. Cela devient difficile d’en trouver dès qu’on sort des villes.

Péages

Un seul péage: sur la route entre Bishkek et Osh. Coût: 700 som (9€). Attention: il faut bien garder le ticket jusqu’à un deuxième péage qui se trouve 300 kms plus loin, dans la vallée de la Naryn (après le lac de Toktogul).

Téléphonie

Vu la durée de notre séjour – on prévoit d’y rester plus d’1 mois – on achètera une carte SIM sur place: pour vraiment pas cher (moins de 10€), on peut avoir des Go à ne plus savoir qu’en faire. Par contre, côté couverture, c’est plutôt limité du fait du relief du pays. Finalement, la couverture réseau est plutôt de bonne qualité car il suffit souvent d’être proche d’un village pour capter.

Deux principaux opérateurs ayant la meilleure couverture: Megacom et Beeline.
Pour optimiser la couverture, et vu les tarifs, on a pris 1 carte SIM chez ces 2 opérateurs. Il est préférable de venir en boutique avec le nom du forfait souhaité pour faciliter l’achat.

On peut aussi trouver du wifi un peu partout en ville: gares, restaurants, cafés, … Et peu de filtrage de sites.

Douane

Visa

Pour un séjour de moins de 60 jours, pour un ressortissant français, il suffit de se présenter à la douane. C’est tout.

Assurance camping-car

Comme pour le Kazakhstan, le Kirghizistan ne fait pas partie de la liste des pays présents sur la carte verte. Il faudra donc prendre une assurance pour le camping-car.

Il semble que ce soit obligatoire, mais cela n’est jamais contrôlé. Donc, on pourrait faire sans… D’autant plus qu’il n’y a pas de bureaux de compagnies d’assurance en arrivant par la frontière Kazakhe de la vallée de Karkara : les endroits où on peut s’en procurer sont à Bichkek ou Och. Ça fait loin…

A noter que la compagnie d’assurance conseillée est: ATN Polis (~15 euros pour 1 mois)

Passage de la douane

On rentre au Kirghizistan par la vallée de Karkara, via un poste de douane ouvert uniquement l’été (de début mai à fin octobre). De ce fait, la route n’est pas en très bon état… Oh qu’elle est longue cette route entre Kegen (au Kazakhstan) et Karakol…

Il n’y a rien à payer si on arrive par le Kazakhstan (ce qui est notre cas). Il faut simplement s’assurer que le passeport est bien tamponné à la date du jour après le passage de la douane.

A noter: en arrivant par l’Ouzbékistan ou le Tadjikistan, il faut payer une eco-tax à la douane.

Remarque: bien conserver le document d’import temporaire du véhicule obtenu lors de l’entrée en Russie ou au Kazakhstan. Il reste valable pour le Kirghizstan du fait de l’Union Douanière entre ces 3 pays.

Sécurité

Comme au Kazakhstan, le Kirghizistan est dans une zone sismique. Il peut donc y avoir des petites secousses.

Sinon, le pays est plutôt sûr: la police est très présente ainsi que les caméras de surveillance.

A propos de police, il existe un racket connu sur le marché d’Och où des individus se font passer pour des policiers en civil. Sachant que TOUS les policiers portent l’uniforme, il ne faut surtout pas les suivre. Bon, le problème, c’est qu’il y a aussi des extorsions par des policiers en uniforme sur ce même marché…….

Vaccins

Aucun vaccin obligatoire pour rentrer au Kirghizistan, mais quelques vaccins conseillés comme la rage, la fièvre typhoïde, les hépatites A et B et l’encéphalite à tiques.

Remarque: la CEAM (Carte Européenne d’Assurance Maladie) ne fonctionne pas au Kirghizistan.

Monnaie

Il s’agit du som (KGS). A date, avec 1€ on peut acheter environ 77 som.

Il y a des distributeurs bancaires dans les villes. Mais pas dans les villages. Et comme les paiements se font en cash plutôt qu’en CB (même pour des excursions), il faut transporter pas mal d’argent dès qu’on sort des villes.

A noter: le pourboire est inclus dans la note au restaurant.

Décalage horaire

Au Kirghizistan, le décalage horaire avec la France est le même que celui de l’est du Kazakhstan: + 4h.

Cela signifie que lorsqu’il est 12h en France, il est 16h à Karakol et à Bichkek.

Mais c’est valable pour l’heure d’été. En hiver, il faut compter +5h.


Laisser un commentaire