Oui, on part 1 an en roadtrip en Eurasie, mais ça ne sera pas 1 an de vacances … ce sera 1 an de voyage. La différence est importante.

Alors certes, on espère voir des choses que l’on ne pourra pas voir si cette année se passait à Lyon, et faire des rencontres mémorables, découvrir de nouvelles cultures et façons de vivre. Mais contrairement à des vacances où on peut se laisser aller pendant quelques jours, partir en voyage pendant 1 an, cela s’accompagne d’un rythme d’activités quotidiennes qu’il va falloir régler.

Chaque jour, il faut organiser le programme du lendemain. Parce que bon, ok on n’a pas envie d’être pressé par le temps mais on n’a pas non plus prévu de rester toute l’année dans le camping-car au milieu d’un champ 😁. On a déjà fait un premier tri des choses qu’on veut voir absolument mais c’est minime par rapport à tout ce que l’on peut faire chaque jour.

En même temps qu’on fixe le programme, il faut préparer le trajet pour y aller. En tenant compte des particularités du fait qu’on roule dans un 3t5 de 3 mètres de haut et non dans un véhicule tout terrain.

A chaque fois qu’on se déplace, il faut trouver la perle rare du bon emplacement pour le soir : tranquille mais pas trop excentré, et bien a plat pour ne pas être obligé de mettre les cales, … Ça, je pense que ça va nous prendre du temps quotidiennement et on se dira à chaque fois qu’il y a peut-être un meilleur emplacement ailleurs…

Une fois posé, on retrouve les mêmes activités que lorsqu’on rentre du boulot: faire a manger – même si on prévoit d’aller tout de même souvent au resto -, laver la vaisselle – à la main et chaque jour, parceque la vaisselle qui traine dans un camping-car c’est juste pas possible – faire le ménage, laver les fringues sans lave-linge ni sèche-linge… Je ne sais pas trop ce que ça va donner de ce point de vue là mais je n’ai pas trop envie de vivre quotidiennement avec des fringues qui sèchent partout dans le camping-car… A moins de les accrocher au camping-car pour un séchage express 😁.

Régulièrement, il faut qu’on trouve des lieux pour s’approvisionner en Diesel – bon ça ça ne devrait pas être très compliqué – en eau – plus difficile déjà – et en gaz – alors là, ça va être un peu la roulette russe car il faut trouver des endroits qui acceptent de recharger une bouteille de gaz (pour info, c’est interdit en France). Pareil pour les évacuations d’eaux usées  et des toilettes – on va éviter de les lâcher en pleine nature. Faire le plein de courses devrait pas mal nous occuper aussi vu que la notion de « plein » dans un camping-car n’a pas la même définition qu’un « plein » dans un appart ou une maison… Sans compter bien sûr les difficultés liées à la barrière de la langue et de l’écriture (on va passer une bonne partie du voyage dans un monde plutôt russophone à l’écriture cyrillique), ça promet des achats parfois au pif au mètre… 😁

On sait d’avance – en tout cas on espère – qu’on devrait vivre des jolis moments de joie et de plaisir en fonction de ce qu’on voit et de nos rencontres. Mais 1 an de voyage, ce n’est pas que ça et ça va être aussi des difficultés que l’on va rencontrer par des situations que l’on n’a pas prévues ou qui tournent mal. Forcément, par rapport à un train train quotidien, on a plus de chance de faire face à des imprévus. Mais ça fait partie du voyage.

Bref, ce petit article n’est pas là pour se plaindre – on sait la chance qu’on a de pouvoir partir ainsi – mais juste pour prendre conscience que notre roadtrip ne va toujours être une partie de plaisir et que même si on utilise parfois le vocabulaire des vacances pour le décrire, on ne part pas pour 1 an de vacances au soleil!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 − 3 =


error: Contenu protégé !!