Voilà une semaine que nous sommes au Kyrgyzstan (nom international) ou Kirghizistan (nom français). Cette fois le passage de frontière était un peu différent. On ne s’est pas rendu compte de notre passage en douane Kirghize!

3 barrières à passer, 2 ou 3 postes de contrôle des papiers, et cette fois j’ai vraiment été séparée de Philippe et du véhicule pour les contrôles. C’est donc Philippe qui s’est tapé le contrôle du camping car. Hé bien, ils n’ont pas demandé pour frotter les pieds avant d’entrer et ils ont demandé l’ouverture de tous les placards… Ils étaient morts de rire, assez détendus donc, et ils ont même piqué des gâteaux! Bref en 1h les douanes des 2 pays étaient passées. Bon l’état de la route nous a fait perdre le reste de la journée… :p mais c’est pas grave, je commence à me répéter mais : on profite du paysage :D.

Nous sommes allés à Karakol directement : objectif lessive, wi-fi, écriture d’articles, glande. On a trouvé une guesthouse pour garer le camping car, et on n’est pratiquement pas sorti du camion pendant 2 jours. Le jardin de la guesthouse était vraiment très agréable. Balancelle ombragée de plantes grimpantes, verger, joli jardin fleuri, les enfants qui jouent dans la cour et le linge qui sèche dehors. Quelle quiétude. La maitresse de maison était très accueillante. Quelques voyageurs trekkeurs « babbos pieds nus » avaient planté leur tente. On n’a pas cherché à parler. C’est l’un d’eux qui est venu nous voir pour nous raconter son bout de chemin, de 6 ans de marche à pied en venant d’Europe… C’est ce qu’on appelle une quête.

On a quand même cherché à diner dehors un soir, et on a un peu pris peur quand les 2 ou 3 premiers restaus qu’on a tenté étaient remplis de touristes occidentaux : allemands, anglais/américains/français. Ça ne nous a pas du tout donné envie! Mais on avait la dalle, alors on s’est retrouvé au « fatcat » entre 2 tables de hollandais et une table de 2 allemands habillés comme des tyroliens (ils en étaient peut être)qui conversaient en anglais avec un couple de français (reconnus à leur accent). Pour une pizza bonne mais longue à arriver. Pas très concluant. Ça nous a aidé à choisir notre prochaine étape : la vallée du Jyrgalan, réputée pour être peu touristique.

Avant ça on a cherché à faire des courses. Il y a plein de petites épiceries qui vendent un peu de tout (tout est relatif) mais pas de fruits et légumes frais. Donc on a enchaîné avec une visite au bazar. Labyrinthe plein de vie, plein de marchandises, plein de couleurs et plein de lieux pour manger! Fallait juste trouver le bon endroit.

Voilà! Une fois prêts nous reprenons la route pour Jyrgalan, un peu de piste mais pas trop. On arrive au village et on se gare à sa sortie sur le bord d’un chemin qui mène vers un canyon. Nous ne sommes pas loin des enclos de vaches et chevaux. Et le soir venu on assiste au rabattage des animaux par les bergers à cheval aidés de leur chien. Ils doivent se demander ce qu’on fout là. Philippe me dit que non, ça va on ne gêne personne, et qu’ils s’en moquent. En tout cas on est bien. On entend la rivière pas loin et le bruit des vaches et des chevaux autour de nous… On entend les oiseaux piailler (ils accompagnent les vaches), on entend leurs pattes et on les voit à travers le toit. Même des vaches sont venues se frotter sur le parechoc du camping car. « Heuuu doucement quand même hein! ». Et le paysage est plutôt chouette. C’est très reposant. Ça donne des envies de nature et de rando. Ha bah ça tombe bien on est là pour ça.

Lendemain petite rando de 13km et 700 m de dénivelé pour une mise en jambe. Le paysage est joli il ressemble quand même pas mal à nos alpages (vert, pas de relief dangereux) mais pas de chemin tracé, et avec beaucoup plus d’animaux en liberté. C’est dingue. Toujours chevaux vaches moutons chèvres… Et les cavaliers sillonnent la montagne pour les surveiller. On en croisera plusieurs qui nous demanderont de quel pays nous venons, et qui nous parleront en Kirghize comme si on les comprenait. C’est un peu frustrant. On croise un couple de français, on échange un peu. On les reverra le soir au dîner dans leur guesthouse. On continue de monter, le paysage diffère, on aperçoit la vallée de Karakol, c’est comme un grand plateau entre les montagnes. On redescend vers un petit lac et retour au bercail. On prend le repas avec les français et un parisien (français aussi :p), qui nous conseillera de faire le Kurdistan si nous allons en Iran. Mouais.

Deuxième jour, deuxième rando de 16km et 900m de dénivelé. On monte jusque 3100m, toujours aussi peu de chemins, donc c’est assez galère pour avancer : il faut sans cesse vérifier la trace GPS, et emprunter des passages assez escarpés aux herbes hautes. Ces itinéraires sont sans doute plus adéquats pour les chevaux? Mais bon, on est bien équipé, ça passe. On a un peu galéré dans les 200 derniers mètres de montée un peu raide, moi je suis montée en zigzag, pas Philippe : ampoules naissantes aux pieds… Et arrivés la-haut, joli panorama à 360, et orage qui gronde dans la montagne derrière nous. Mince! On ne peut pas trop traîner…. Dommage. On longe des jolies crêtes et on redescend toujours parmi les chevaux. C’est fou. Les pieds chauffent, et le put#@!! de soleil est revenu. Tant mieux , mais j’aurai préféré qu’il revienne quand on était la haut!

Le soir de nouveau dans la guesthouse nous rencontrons un autre couple de français qui travaillent dans le cinéma. Ils sont sympas, ils ont voyagé à Oman, et le récit de leur voyage nous a vraiment donné envie d’y aller. Le pain et la confiture à table nous régalent. Ils sont faits maison. Un délice, je l’ai dit chaque soir à la patronne. Au moment de partir, elle nous donnera une corbeille de son pain pour notre petit déjeuner du lendemain. Adoooorable :D!

On prend le temps le lendemain matin dans notre CC, on profite un peu, les oiseaux, tout ça… Et qui vient nous voir pour nous donner leurs dernières plaquettes de micropur? Le couple de français de la veille 😀 (On leur avait dit notre négligence à ce sujet). Vraiment trop sympas. Et on ne s’est même pas échangés nos prénoms! Pffff

Retour à Karakol. On voulait faire le marché aux bestiaux. Bah voilà, c’est fait. Debout à 5h du mat, on prend nos vélos, et au bout de quelques kilomètres dans la ville calme à cette heure-ci, nous arrivons au marché. D’abord les beuglements, ensuite l’odeur 😀 de bouse fraîche, de bon matin… Mhhhh :D. Alors les bestiaux, ben c’est tous ceux qu’on voit dans les montagnes…. Là ça jauge, ça palpe, ça calcule et ça négocie ! Peu de femmes, beaucoup d’hommes et des enfants. Jamais trop tôt pour apprendre. Vers la fin du marché, il faut emmener la marchandise; elle ne se laisse pas faire… Et tous les moyens sont bons! Les camionnettes bien sur, mais les taxis aussi! Si si!

Et puis une dernière visite à Karakol pour visiter église et mosquée en passant par le bazar 😀

Allons découvrir le sud du lac Issyk Kul !

Catégories : Kirghizistan

8 commentaires

dominique · 5 septembre 2019 à 13:21

Bonjour🤗
Toujours aussi sympa de vs lire et de vs suivre . J’ai une petite question concernant les plaquettes de micropur ,combien en avez vous utilisez ? Et les utilisez vous regulierement ? Bonne continuation

    Estelle Rhoo · 6 septembre 2019 à 09:44

    Hello !
    Merci 😊
    Les pastilles micropur servent essentiellement pour la randonnée. Depuis la fin de la Russie on ne boit plus l’eau de notre réservoir . On la fait bouillir en faisant la cuisine c’est tout. Pour « boire de l’eau » ou se laver les dents c’est avec de l’eau en bouteille, ou de l’eau traitée (mais on n’avait pas de micropur). Jusqu’à maintenant on arrivait à s’en passer. La on va dans la montagne isolée c’est absolument nécessaire.

Cécile M · 5 septembre 2019 à 20:39

L’air de rien vous êtes en train de devenir de vrais routards ! C’est toujours aussi agréable de lire tes articles Estelle et de découvrir les pays (oui j’ouvre google maps en même temps car c’est vraiment des endroits dont on n’a jamais entendu parler) et les gens via tes portraits.

    Estelle Rhoo · 6 septembre 2019 à 09:47

    Yeah !! On the Road !!!! 🥾🥾 Je vais mettre à jour l’article avec la carte. Et oui c’est chouette ici ! C’est un vrai dépaysement c’est ce qu’on voulait 🤩😃

Guislaine · 5 septembre 2019 à 21:39

Super randonnée 🥵. Incroyable le marché aux bestiaux belles photos.. super😘

    Estelle Rhoo · 6 septembre 2019 à 09:48

    Tu sais ce que ça fait la rando maintenant hein ! 😜 vous êtes prêts pour venir ici la prochaine fois ?! 😁

Debreucq Michel · 6 septembre 2019 à 08:03

C’est toujours aussi magnifique. J’adore tes photos et ton reportage sur le marché aux bestiaux. La photo de la campagne à 5h du matin et une véritable peinture. Je suis également très surpris par la végétation en montagne à plus de 3000m !!!

    Estelle Rhoo · 6 septembre 2019 à 09:51

    Michel ! Merci ! Tout est peinture ici ! Ça me démange grave !!! Je pense à vous aussi il y a de quoi faire ici ! Toutes ces couleurs c’est de la folie ! J’ai l’impression de les redécouvrir ! J’adore ! ❤️

Laisser un commentaire