Nous profitons un tout petit peu de la mer Caspienne et entamons la « dernière ligne droite » vers la Turquie. Ça aurait été dommage d’en faire tout le tour sans la voir!!! On passe par Racht, Masuleh, Rudkan, Soltanieh, puis Tabriz, la dernière grande ville, avant de traverser la vallée de l’Araxe qui longe les frontières azerbaïdjanaise et arménienne, jusqu’en Turquie.

On longe la côte de la mer Caspienne, et on découvre des rizières, et des cultures de thé, des orangers. Oui l’Iran produit du riz et il est délicieux! Et 90% de la production de thé iranien vient de cette région du Gilan. Attention, il y a un piège, cette production ne suffit pas à la consommation des iraniens, la majeure partie du thé consommé vient de Ceylan.

C’est pas trop la saison mais les palmiers entre la mer et la montagne c’est quand même joli. En plus on a de la chance les températures sont douces, il fait encore environ 17 ° et du soleil. On ne sent pas les rigueurs d’un mois de décembre. On pense à vous qui êtes sous la pluie et le temps gris. On est loin des préparatifs de noël, d’abord parce qu’ici c’est très peu fêté, la communauté chrétienne est assez réduite, ensuite parce que ce n’est pas du tout la course habituelle aux cadeaux. Pas de famille avec qui le fêter. Un peu les boules, mais ce n’était pas raisonnable de les faire venir rapport coût/durée/météo à venir…

La région doit être suuuper agréable en été. Les gens doivent pouvoir se baigner. On campe au bord de la mer, et le matin, dans une brume épaisse, on assiste à un ballet de mobylettes qui font des allers retours sur la plage avec tous types de chargements…. Assez intrigués, on s’est dit qu’ils évitaient la route ou qu’ils faisaient du marché noir, on ne saura jamais.

Nous visitons le château de Radkan, d’époque sassanide, et restauré par les seldjoukides. Hé hé vous les connaissiez pas ceux là hein?! (dynastie turque apparue en Perse entre les sassanides et les safavides – rappel vers les dynasties perses). On arrive vers 15h30 il est déjà tard.

Philippe : « Ho il n’y a que 2 km à pied pour arriver au château ».

Moi : « Mais 2 km ça ne veut rien dire!! Combien de dénivelé? »

On est partis comme des flèches la fleur au fusil, et arrivés un peu essoufflés. Et en effet! On s’est tapé un dénivelé de 400 m. La montée dans le bois était chouette, pleine de vendeurs de souvenirs, de miel et de betteraves. Oui étonnant hein! C’était joli là-haut, le château au milieu des montagnes. Aucune explication en anglais, donc on n’a pas compris l’intérêt stratégique de l’endroit. Les remparts courent le long de la montagne assez abrupte, leurs marches d’escaliers sont à hauteur de mes genoux. Soit c’étaient des géants, soit c’étaient des grands sportifs, soit ils étaient nombreux!

Puis on redescend et on passe la nuit sur place avant de prendre la route vers Masuleh, un village dans la montagne. Il est surtout prisé des touristes iraniens. Et il y a un peu de monde, c’est charmant : des petites rues, pleines de petites boutiques d’épices et d’herbes, d’artisanat, de souvenirs, des petits restau. On profite d’une terrasse au soleil pour déjeuner. On croise des randonneurs iraniens (rare!), faut dire que les montagnes autour s’y prêtent. Mais c’est sous doute carrément plus joli quand les arbres ne sont pas déplumés.

Et on reprend la route en direction de Tabriz. On traverse une magnifique vallée, plantée d’oliviers, entre montagnes enneigées, et montagnes rouges. On cherche à faire du gaz, et on tombe sur un iranien du coin, dans le même cas que nous, planté devant une porte fermée. Philippe discute un peu avec lui, et il finit par nous donner une boite d’olives de sa production 😀 ! On continue la route et faisons un détour vers le mausolée de Soltanieh, l’une des plus grandes coupoles du monde. Rien que ça. Début du 14ième siècle. On ne rentrera pas à l’intérieur qui est en cours de rénovation.

On campe sur la route, entre des monts colorés. Le lendemain matin, nous saluons une caravane de dromadaires et partons pour une petite balade.

Nous arrivons à Tabriz, dans la région de l’Azerbaïdjan oriental (à majorité d’azéris), qu’on ne visitera pas beaucoup : les gens sont un tout petit peu moins sympas que dans le reste de l’Iran – mais attention, on s’habitue vite à autant de gentillesse, et on devient difficile… J’exagère quand même parce qu’en plus on est tombés sur un jeune restaurateur qui était super content d’avoir des touristes français « Haaaa Paris!!! », il nous a offert des petits vases qui vont très bien dans notre petite maison! On fait une lessive, et une petite virée dans le joli bazar, puis on repart vers la vallée de l’Araxe.

La vallée de l’Araxe longe la frontière. Elle est réputée pour être jolie, mais elle doit l’être un peu plus en été… Là, même s’il y a du soleil et qu’il fait 20 degrés, c’est un peu tristounet jusqu’à ce qu’on arrive au milieu de montagnes assez élevées et escarpées. On se fera arrêter 2 fois pour des contrôles de police; normal, si près de la frontière… Mais un peu pénible quand même. En plus on n’a pas trop le droit de prendre des photos…

On se demande quand même comment on va passer Noël… En ville c’est pas du tout célébré. On fait un petit tour pour faire des courses. On pourra peut être assister à une messe de Noël dans l’église arménienne de Saint Stépanos et son monastère? Ce serait une première pour moi! Allez hop! C’est parti! On arrive, et c’est un site touristique. On paye l’entrée, quelques visiteurs sont là. L’église est jolie, pas du tout construite comme celles d’Europe. On visite un peu, il y a aussi un petit musée. Mais pas moine qui vive! Il n’y aura donc pas de messe ce soir.

Philippe fait un petit tour dans le grand parc où nous campons, et « retrouve son âme d’enfant » :p, pendant que je cuisine un poulet aux pruneaux (c’est un miracle, vue ma difficulté à acheter de la viande). … Sans un verre de vin pour l’accompagner… Mais c’est pas grave, bientôt la Turquie, on espère pouvoir se rattraper!

Le lendemain nous visitons le caravansérail à coté de notre campement, avant de prendre la route vers la Turquie. Echanges de vœux et photos avec nos familles !

Demain, passage de frontière!

Catégories : Iran

8 commentaires

dominique · 30 décembre 2019 à 09:43

Bonne année 2020 qvec de beaux souvenirs ☺☺☺

    Estelle Rhoo · 3 janvier 2020 à 18:13

    Merci Dominique, bonne année à vous aussi, avec des beaux projets en préparation ! 😉😍

Anonyme · 30 décembre 2019 à 12:15

Une bonne et heureuse année 2020 pour vous deux, avec le plaisir de vous retrouver peut être

    Estelle Rhoo · 3 janvier 2020 à 18:13

    Merci “Anonymous” 😸 bonne année à vous aussi !

Mel · 31 décembre 2019 à 11:31

Un noël en toute simplicité et pas d’indigestion le lendemain !!! On pense fort à vous !

    Estelle Rhoo · 3 janvier 2020 à 18:15

    Copine! On vous fait des gros bisous aussi, 😘, est ce que le père Noël a été sympa ?

Cynthia · 2 janvier 2020 à 15:23

Bonne année à vous deux… profitez bien!!!

    Estelle Rhoo · 3 janvier 2020 à 18:20

    Merci Cynthia, bonne année à toi aussi et toute la familia, bisou!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 10 =


error: Contenu protégé !!