On ne se laisse pas abattre! On maintient le cap vers la cote sud-ouest. Direction Uusikaupunki (rien que pour le nom), Turku, ancienne capitale de la Finlande et son archipel, Fiskars puis Hanko et Nuuksio avant d’atteindre Helsinki.

On passe par Uusikaupunki, le temps est maussade, on s’installe en terrasse abritée et on se réconforte avec une jolie petite pâtisserie avant d’aller visiter le musée Bonk, musée loufoque qui raconte la saga familiale imaginaire des Bonk qui a fait fortune en vendant des machines inutiles. Les machines sont réussies, et une grande partie de l’intérêt réside dans les textes descriptifs de leur inutilité, et des arguments commerciaux bidon pour nous vendre du rêve. De lire toutes les descriptions en anglais nous fatigue et ne nous fait pas forcément rire. On ne traîne pas trop puisque la pluie arrive, on rentre au camping-car garé sur les quais et on prépare la suite.

Le lendemain, Turku, beau temps, on en profite pour visiter la ville à vélo. Aller au marché couvert, qui ressemble à nos halles Bocuse de Lyon mais en beaucoup moins cher. NE JAMAIS visiter des halles quand on a faim. 😀 On s’est laissé tenter par un stand de poissons, c’était délicieux. On a continué la visite en allant sur la place du marché, en travaux, mais il y avait quand même des maraîchers. La vente du moment ce sont les fraises finlandaises et les myrtilles. Les myrtilles c’est normal, les sous-bois sont tapissés de myrtilliers. On a acheté des fraises. Celles de Finlande sont parait-il les meilleures du monde!!!! Oui!!! Tous simplement parce qu’elles bénéficient du soleil de minuit! Elles se gorgent de sucre sans mûrir trop vite à cause des températures 😉 . On a visité une partie de la ville conservée en l’état depuis le 19ième siècle, c’était intéressant de voir les maisons des artisans, leurs outils et leurs aménagements dans leur jus.

Ce soleil nous fait du bien! Nous prenons la route pour les îles de Pargas et Nagu. Pargas pour une balade au bord de l’eau, puis Nagu pour une balade à vélo, au milieu des prés et au bord de l’eau. On ne sait pas si c’est fait exprès mais il y avait plein de champs de marguerites. Les paysages sont différents; moins de bois, plus de cultures. D’ailleurs on trouve sur le bord des routes des petites cabanes où le fermier du coin vend sa production. Il dispose ses produits dans la cabane avec la clim et une caméra vidéo, les prix sont affichés, il n’y a qu’à se servir et payer. Confiance quand même 🙂

Ces îles sont sympas, les paysages vus des ponts sont très jolis, mais sans louer de cabane, c’est un peu compliqué de bénéficier du littoral. Les chemins qui longent les cotes traversent les propriétés, donc sans savoir on n’a pas osé continuer. Pour vraiment profiter de la mer, rien de tel qu’une station balnéaire! Direction Hanko! Avec un petit détour par le village de Fiskars, lieu de production des ciseaux oranges que tout le monde connait. Petit village tranquille, traversé par une rivière, plein de boutiques de créateurs pas trop « souvenirs pour touristes ». C’est un peu frustrant de regarder et de pas pouvoir acheter…. pas de place dans le CC! J’ai quand même réussi à emporter quelque chose… 😉

Enfin la plaaaage! Hanko! La ville la plus méridionale de Finlande. Une station balnéaire qui (comme d’autres villes) a appartenu aux Russes quelques temps. Je lui ai trouvé beaucoup de charme. Des très grosses maisons bourgeoises, assez jolies, légèrement dissimulées dans le bois sur le front de mer, des plages paisibles, des circuits à vélo le long des plages et dans les bois. On s’est baladé sous le soleil, tranquilles, et ultime bonne surprise! Philippe s’est baigné!

Nous avons campé au bord de l’eau, et même pique niqué dehors le soir! En observant les oiseaux, surtout des grues, c’était bien cool.

On voulait retenter une balade en forêt avant Helsinki, on a choisi le parc national de Nuuksio. Un des rares endroits où on peut observer le polatouche… Mais quoi, qu’est ce ? Un écureuil volant :D.

On est arrivé au parc dans l’après midi, visité le musée de Haltia, beau, cher et pas terrible; on n’y apprend rien mais c’est joli. Puis on est allé se garer dans le parking du parc où on a croisé… et même invité à boire un coup… un couple de français baroudeurs de l’arctique et de l’antarctique. On a échangé un peu avec eux, ils étaient partis depuis 6 semaines et avaient eu beaucoup de temps pourri. Il était content d’avoir photographié une orchidée dont j’ai oublié le nom et qui ne pousse que dans la région en cette saison, et content aussi d’avoir pu photographier un ours via un affût. On n’a pas osé lui dire notre chance avec la météo depuis qu’on était parti. Ils étaient d’Alberville et nous ont invité à aller au salon des voyageurs pour exposer notre voyage… On ne s’est pas échangé nos noms, ni donné le nom de notre site…. OUI on est des quiches.

La balade dans les bois que nous commençons à 21 h le soir à cause des prévisions d’orage du lendemain, était à la fois pénible et euphorisante…. Alors d’abord nous n’avons pas vu de polatouche, mais on s’en moque un peu, nous on veut voir des élans, même si on n’y arrive pas. Bref!

Pénible, parce que les moustiques, c’est vraiment une torture. On avait mis de l’anti-moustique, mais ils volent quand même autour de nous et on les entend sans cesse bourdonner frôler nos oreilles, avec l’impression qu’on se fait matraquer, et qu’on va morfler les jours qui viennent. Philippe m’a dit à un moment que j’en avais plein les cheveux…Même avec la capuche je les entendais… Grrrr… Finalement (on ne le saura qu’après), ils bourdonnent mais avec le produit ils ne piquent pas. Sauf à travers les vêtements quand ils ne sont pas vaporisés. Je me suis bien fait piquer… mais aux fesses… :/.

Euphorisante, parce qu’on veut voir des élans…. Et qu’à 2 reprises Philippe avec son œil de lynx a cru en voir!!! Mais juste cru 😀 En fait c’étaient des daims. Mais c’est tellement mignon un daim! On en mangerai! LOL. C’est quand même magique quand on voit ces animaux sauvages, et ça nous a fait notre soirée 🙂 Oubliés les moustiques! Enfin presque.

Voilà, dernier petit moment de nature avant Helsinki. On hésite à remonter dans la région des lacs pour tenter la cabane au bord de l’eau. On est tenu par le visa Russe qui nous permet d’être en Russie du 1er au 30 juillet. Il ne faut donc pas traîner…

Catégories : Finlande

4 commentaires

Arnaud Pochat Baron · 4 juillet 2019 à 22:18

🙂

patrick · 5 juillet 2019 à 20:36

Oooooh qu’il est mignon ce petit écureuil. Il y en a beaucoup? Dommage pour les polatouches, j’espère que vous ne lachez rien et restez dans ce coin jusqu’à trouver le nid! Je veux voir les photos de polatouches qui volent au dessus des élans!

    Estelle Rhoo · 6 juillet 2019 à 07:51

    😂 Pour le pOlatouche (😉) ils sortent plutôt la nuit et sont hauts dans les arbres, on n’est pas équipé pour immortaliser l’instant…. En plus pour choper l’elan en même temps y a du niveau …😂
    Le petit écureuil était en pleine ville et n’était pas farouche, je suppose qu’on doit en trouver facilement. J’ai encore plein de belles petites photos 🙂

Moscou étape 2 : vestiges soviétiques, artistes et capitalisme - Sur le tapis du vent · 25 juillet 2019 à 08:00

[…] de l’espace (mars, la lune)… Bon après Philippe a fait la comparaison avec le musée Bonk (en Finlande) et ça m’a gâché le plaisir…. Méchant […]

Laisser un commentaire