De Kochkor nous reprenons la route pour aller à Tash Rabat, où se situe un caravansérail de la route de la soie au sud du Kirghizistan. Pour y aller nous traversons les vallées de Naryn et At-Bachy,. Puis nous revenons au bord du lac Issyk Kul qui nous avait bien plu.

Pour arriver à Tash Rabat, nous savons que la route est plutôt longue, et nous devons traverser des montagnes. Nous ne souhaitons pas passer la nuit trop en hauteur, car la météo annonce des pluies. En montagne on ne sait jamais ce que ça peut donner. Mais d’abord les courses et les eaux (divers pleins et vidanges)!

A ce propos, un supermarché flambant neuf, tout propre et super achalandé a ouvert (sans doute récemment) à Kochkor. Ça fait un peu bizarre quand on voit que les courses se font encore au marché, sur les parkings, presque au cul des camions, en tout cas, du producteur directement au client. Ce supermarché compte presque plus de personnel serveurs, caissiers, etc, que de clients. C’est pas encore dans les mœurs ou peut être trop cher ou trop froid… Pour moi ça ne garantit pas forcément une meilleure qualité mais c’est plus pratique. Bref, on y fait nos courses et au moment de payer, la carte mastercard pose problème à la caissière, ladite très bien apprêtée mais qui ne parle pas anglais…Elle s’adresse à Philippe peut être en Russe… On dit oui sans comprendre et on attend tranquillement que sa responsable arrive. Elles échangent toutes les deux… Pendant ce temps j’observe la vieille dame qui attend son tour derrière nous… Le cliché parfait, un peu voutée, la peau tannée par le soleil, la robe « de grand mère » le foulard coloré des femmes Kirghizes dans les cheveux… On se regarde et on souri. Elle me parle anglais. « Vous parlez anglais? » je réponds oui. On échange nos prénoms… Elle me dit qu’elle a 4 enfants, trois filles dont une professeure et un garçon. Je la félicite… Puis elle me montre la caissière et me dit « elle, elle ne parle pas anglais! » Hoo! J’ai senti sa fierté!!! Et la grosse pointe de moquerie !!! Rhooo… On a rigolé….

Allez hop! En route pour Tash Rabat! La route est évidemment magnifique même sous le ciel gris. On passe un col à 3000, le camping car se comporte bien, c’est cool, et on entend un POC! Je dis en plaisantant à Philippe, ça ressemble à un paquet de chips qui aurait explosé…. Dans le mille Emile! Le paquet de chips ne résiste pas aux 3000!! 😀

On fait une tentative pour aller à Equi Naryn puis demi-tour, car route pourrie, et manque d’intérêt. Puis après la vallée de Naryn, on cherche un endroit pour passer la nuit. Ce sera sur un petit chemin, pas loin d’une ferme, et où on peut se mettre à l’abri du vent. Mais on est quand même à 2400 m d’altitude. Au bout d’un moment des yaks passent devant le camion… Je sors pour les photographier et les effraye. Bon tant pis!

On se couche, puis….. vers 1h40 précise du matin…. Pan !!!! Le tonnerre! Et des éclairs, et le vent!!!! Houla la … La trouille…. On est à l’abri du vent mais pas complètement, et heureusement garé dans le bon sens… Mais ça secoue quand même ! La grêle… Et de nouveau des éclairs… Impossible de dormir tellement j’ai la frousse. On a vécu des orages pires que ça, mais là ça a un petit gout de « on est tout seul, faut pas que ça se dégrade trop quand même. Ça serait bien que le vent se calme… » . Puis ça a fini par se calmer, et on a pu dormir. Lendemain matin, les sommets autour de nous sont blancs. C’est nuageux et il caille. Normal, c’est la montagne.

On fait une halte dans la vallée de At-Bashi pour visiter la ruine de Kochoi-Korgon, au milieu d’un paysage magnifique. Une vallée immense entre des montagnes enneigées. La ruine est vraiment en ruine ;-)… Nous voyant arriver de loin, le gardien du musée vient à notre rencontre à bicyclette et nous ouvre les portes. Nous avons de la chance! On visite le musée, puis on reprend la route.

De là on s’engage sur une looongue route droite goudronnée au milieu de la vallée, le soleil s’est levé, et les sommets enneigés sont dégagés. On a une vue « à perte de vue ». On en profite pour déjeuner…Contemplation….

Puis enfin dernier morceau pour Tash Rabat, un peu de piste pour la forme, (sinon c’est pas drôle). La vallée est …. Magnifique! (je sens que je deviens américaine). Et on découvre le caravansérail auprès duquel on se gare.

Ce bâtiment est impressionnant, par ses lignes droites, sa rigidité, la force qu’il dégage au milieu de ces montagnes toutes en rondeur mais pourtant hostiles. L’intérieur est une succession de petites pièces très sombres. Nous sommes à 3100 m, c’était un abri pour les commerçants de la soie. Il faut les imaginer par mauvais temps, se mettre à l’abri dans ces pierres froides, peu lumineuses, y faire du feu pour se chauffer, au milieu des courants d’air. Les chevaux et les chameaux attendant dehors…Brrrr…

Nous faisons une petite balade pour avoir un point de vue en hauteur sur le site. Nous croiserons Mikael, un belge enchanté par le pays, qu’il compare aux différents pays qu’il a visité (Grand canyon aux Etats-Unis, Islande), j’ajouterai le Ladack pour son coté minéral… Bref, nous aurons aussi un petit aperçu de la rando que nous ferons demain. Pour info, au fond, à droite!

Nous passons notre première nuit dans le camping-car à 3100 m. Impeccable! Le chauffage se déclenche bien (c’était pas forcément gagné à cette altitude). Le matin, à l’ouverture du store de la chambre on découvre quand même du givre à l’intérieur de la fenêtre. Comme on avait nos gros duvets on ne l’a pas senti. Il doit y avoir un petit problème de joint à cette fenêtre, on verra ça plus tard. On petit-déjeune et on se met en route pour notre grosse rando du jour : 25km (aller retour) pour aller au col de Tash Rabat à 4030 m. Le temps est beau, le soleil brille, mais il fait froid. On marche d’abord le long d’un cours d’eau qui est resté gelé. C’est rigolo, ça glisse! On croise à nouveau des yaks. Je me dis que eux sont sans doute plus résistants que les vaches aux grêlons qu’on s’est pris il y a peu. Puis on continue une montée progressive dans des paysages changeants jusqu’au col . Les derniers 100 m se font plus lentement mais ça passe bien! Encore une fois ça me rappelle un peu le Ladack. Arrivés là-haut on voit le lac de Chatyr-Kul et la Chine juste derrière. Aller plus loin nécessite un permis et de quoi camper. Il y a beaucoup de vent la haut, un petit saut et on redescend. On prend le temps d’apprécier les couleurs des montagnes, et leur forme… des monstro-pierres…

On recroise les yacks qui cette fois se laissent photographier, et retour au camping car. Crevés, mais contents! La famille Ruban nous aura laissé un message sur le parebrise, mais nous sommes trop crevés pour tenir une conversation… On passera une deuxième nuit moins froide apparemment. Pas de givre le lendemain matin.

Retour vers Issyk Kul, avec de nouveau quelques photos… On reprend la même route de 300 km mais en une seule fois. On se sera pris notre premier PV Kirghize pour excès de vitesse : pas vraiment contestable puisqu’on roulait à 72 au lieu de 60 km/h. On n’a pas insisté sur le fait que le panneau était bien caché et on a payé les 13€ d’amende.

Cette fois nous allons au nord du lac, avec vue sur les montagnes du sud. 2 nuits de glande, une baignade et des coups de soleil. Un vendredi peinard, et un samedi de partage de la plage avec une famille de russes, et un couple d’allemands en fourgon.

Maintenant direction Bichkek, la capitale du Kirghizistan. D’abord pour les visas, ensuite pour un changement de filtre à huile et en option une visite de la ville.

Catégories : Kirghizistan

5 commentaires

Guislaine · 22 septembre 2019 à 22:22

👍 toujours aussi beau
On rigole en vous Lisant
Bisous à vous deux 😘

    Estelle Rhoo · 24 septembre 2019 à 05:15

    Merci 😘

Debreucq Michel · 23 septembre 2019 à 08:33

Très beau voyage à travers des montagnes magnifiques et des couleurs invraisemblables. Mais il ne reste vraiment pas grand chose de la forteresse du 10ème siècle qui s’étendait jadis sur 8 hectares…
Ces dunes, d’argile coloré, sont vraiment saisissantes et méritent vraiment le détour.

    Estelle Rhoo · 24 septembre 2019 à 04:58

    Vous piquez notre curiosité! On n’a même pas eu ces infos sur Kochoi-Korgon :D! Ou les avez vous trouvées?

      Debreucq Michel · 25 septembre 2019 à 14:18

      Sur internet via Google : Forteresse de Kochoi-Korgon

Laisser un commentaire