Conduire en Ouzbékistan

Limitations de vitesse

Les limitations de vitesse en Ouzbékistan sont:

  • En ville : 70 km/h
  • Sur route : 100 km/h (pour les moins de 3.5t)

Mais d’autres limitations sont souvent indiquées (50 km/h, 40 km/h, …)

Alcoolémie

Comme en Russie et Kazakhstan, tolérance 0: 0 g/l

Spécificités de l’Ouzbékistan

  • Il n’est pas nécessaire d’avoir les feux allumés en permanence.
  • Attention à tous les animaux qui traversent la route.
  • Les villes/villages sont indiqués par des panneaux à l’entrée (noir sur fond blanc) et à la sortie (barrés rouge). Bien être à 70 km/h en arrivant sur le panneau.
  • Il y a quelques pièges avec des panneaux peu visibles, surtout dans la vallée de Fergana. Mais dans l’ensemble, les policiers sont plutôt sympas.

Routes

Les routes principales en Ouzbékistan sont plutôt de bonnes qualité, mais attention aux routes secondaires. Le site Caravanistan donne une petite liste des routes de bonnes qualité.

Stationner en Ouzbékistan

En journée

La plupart des parkings sont gratuits en ville. Et le pays est très sûr: il ne devrait pas y avoir de difficultés à laisser le camping-car dans un endroit pour la journée.

Pour la nuit

Il y a plein d’endroits où passer la nuit tranquillement en Ouzbékistan, mais parfois avec un passage de la police qui n’a pas l’habitude des camping-cars. Souvent, juste pour s’assurer que tout va bien… Je pense que pour être tranquille, il vaut mieux éviter de montrer des signes de campement.

En ville, il est possible de s’installer sur le parking des hôtels en demandant l’autorisation à l’accueil.

Quelques mots concernant le principe d’enregistrement: avant, il fallait absolument s’enregistrer à l’hôtel tous les 3 jours. Cela s’est grandement assoupli! Il semble que désormais, on peut passer la douane de sortie sans avoir réalisé 1 seul enregistrement. Pour sécuriser un minimum, il vaut mieux cependant effectuer quelques enregistrements pendant le séjour, pour avoir quelques papiers à présenter à la sortie (ou à un policier un peu trop tatillon).
Autre solution: conserver tout document prouvant que l’on n’est pas resté plus de 3 jours au même endroit. En effet, l’enregistrement n’est obligatoire que si l’on reste plus de 3 jours au même endroit.
Enfin, il existe désormais un site pour s’enregistrer soit-même – Emehmon – mais il est nécessaire de payer (environ 1€ par nuit) à l’aide d’une carte bleue locale

Energies

Essence

C’est le gros point noir en Ouzbékistan: la plupart des voitures Ouzbeks roulent au gaz. Donc en dehors de Tashkent, on trouve difficilement de l’essence, et encore plus difficilement du diesel. Sans compter que plus on s’éloigne des grandes villes, plus la qualité est médiocre. La solution: utiliser l’appli iOverlander qui localise les vendeurs d’essence (officiels ou non), et regarder les commentaires à chaque fois pour voir si elle possède bien du diesel et une indication sur la qualité.

En plus, on cumule avec la période de récolte du coton (septembre/octobre) qui rend la recherche de diesel encore plus difficile.

Il est peut-être donc préférable d’avoir un Jerrycan d’avance et de ne pas attendre trop longtemps avant de faire le plein. Pas de marque de station-service à privilégier donc, préférer plutôt les stations « modernes » et proches des villes.

Prix moyen d’un litre de diesel: 0,52€. Mais le prix varie surtout en fonction de son éloignement avec Tashkent.

Eaux / WC

L’eau du robinet n’est pas potable. Il est donc nécessaire de boire l’eau en bouteille.

Le ravitaillement en eau peut se faire de plusieurs façons: soit à des sources – que l’on peut localiser sur iOverlander ou sur l’appli OSMAnd – soit à l’aide de petites pompes à eau, qui se trouvent dans les villages au bord des routes.

Pour la vidange des eaux grises, cela se fait en pleine nature.

Gaz

On est dans un pays où les voitures roulent au gaz: on ne devrait donc pas avoir de problème à remplir nos bouteilles de gaz dans les stations services. Il faut juste espérer qu’elles aient le bon embout.

Electricité

La fréquence est la même (50Hz) mais le voltage est légèrement plus bas en Ouzbékistan (220V) qu’en France (230V). Mais cela ne pose pas de problème pour les appareils (on est dans la tolérance prévue par les fabricants). Et pas besoin d’adaptateur : les prises de courant sont compatibles avec les fiches mâles de nos appareils. Par contre, peu de prises reliées à la terre.

De toute façon, à moins d’avoir plusieurs jours sans soleil, on n’a pas besoin de se brancher sur du 220 volts avec notre panneau solaire et nos équipements adaptés au 12v.

Péages

Une autoroute est en cours de construction entre Tashkent, Samarkand et Bukhara. A part cet axe, il n’y a pas de péage sur les routes Ouzbèkes.

Remarque: le site France Diplomatie indique que le col de Kamchik est interdit aux camping-cars. Problème: c’est le seul accès possible pour rejoindre Tashkent en venant du Kirghizistan… Sinon, il faut passer par le Tadjikistan !! Après vérification, il semble que cela soit interdit plutôt aux véhicules de plus de 11,5t par axe. Comme il y a un point de contrôle pour passer ce col, cela peut entraîner quelques discussions…

Téléphonie

Là encore, comme on devrait rester près d’un mois en Ouzbékistan, on achètera des cartes SIM sur place. Une chez Beeline (forfait Silver à 7,5€) et une chez UMS/UMC (forfait Uzbekistan Pass + à 4€). De cette façon, on optimise les possibilités de réception et vu le coût, pourquoi se priver. Il y a 2 boutiques pratiquement côte à côte à Andijan, la première grande ville après le passage de la douane.

Côté réception, on s’en doute, elle est très bonne dans les grandes villes, moins bonne dans les villages, et très limitée voir inexistante en dehors des agglomérations.

Pour acheter une carte SIM, il faut présenter son passeport et – normalement – un enregistrement d’hôtel. Mais cela ne semble plus obligatoire. Au cas où, je pense qu’il suffit de dire qu’on vient d’arriver en Ouzbékistan : pas d’obligation d’enregistrement avant 3 jours et les hôtels ne donnent le papier qu’au moment du check-out.

Douane

Visa

Pour un séjour de moins de 30 jours, pour un ressortissant français, il suffit de se présenter à la douane. C’est tout.

Assurance camping-car

L’Ouzbékistan ne fait pas partie de la liste des pays présents sur notre carte verte. Il faudrait donc prendre une assurance pour le camping-car.

Il semble que l’assurance du véhicule ne soit pas obligatoire. Par sécurité, on peut en prendre une.
La plus « sérieuse » serait à Tashkent avec la compagnie O’zbekinvest. Cela coûte 5€ … pour 1 an !
L’autre possibilité serait juste après la frontière avec la compagnie Kafolat mais … leur site internet n’indique pas cette localisation…

Dans tous les cas, à voir si cela vaut vraiment le coût car je ne suis pas sûr que l’assurance couvre réellement les frais sur un camping-car…

Passage de la douane

On rentre en Ouzbékistan par la douane de Dostyk entre Och (Kirghizistan) et Andijan (Ouzbékistan). Il semble que notre statut d’étranger nous permette de ne pas faire la queue et donc de doubler tout le monde… Ou sinon, on patiente pour quelques heures…

Comme, on est entré au Kirghizistan par le Kazakhstan, on n’a pas payé d’éco tax. On risque donc de devoir la payer à la sortie. Soit 2 500 som pour un camping-car (ou 1 000 som si on arrive à faire accepter qu’un camping-car est une grosse voiture).

Mise à part cette eco tax à la douane Kirghize, il n’y a rien à payer à la douane Ouzbèke : que ce soit pour le passage des personnes ou pour celui du véhicule. Il faut simplement s’assurer que le passeport est bien tamponné à la date du jour après le passage de la douane.

Sécurité

L’Ouzbékistan est dans une zone de risque sismique élevé. Mais la dernière secousse ayant eu des victimes date de 2011 (dans la vallée de Ferghana).

Autre recommandation : ne pas se balader trop près des frontières Kirghizes, Tadjiks et Afghanes (sauf pour la ville de Termez)

Sinon, le pays est plutôt sûr.

Vaccins

Aucun vaccin obligatoire pour rentrer en Ouzbékistan, mais quelques vaccins conseillés comme la rage, la fièvre typhoïde et les hépatites A et B.

A noter que l’eau du robinet n’est pas potable.

Remarque: la CEAM (Carte Européenne d’Assurance Maladie) ne fonctionne pas en Ouzbékistan.

Monnaie

Il s’agit du sum Ouzbèke (UZS). A date, avec 1€ on peut acheter un peu plus de 10 000 som. Hum…

Depuis le 5 septembre 2017, il n’y a plus de marché noir en Ouzbékistan, et on peut échanger des dollars ou des euros à la banque.

Il y a des distributeurs bancaires dans les principales grandes villes. Voir aussi dans les halls des grands palaces. Mais la plupart sont Visa. Pour Mastercard, il faut repérer les distributeurs Asaka Bank, mais souvent avec une commission de 1,5%. Il existe d’autres distributeurs Mastercard mais plus anecdotiques.
A noter que certains ATM distribuent aussi des dollars.

Les paiements se font essentiellement en cash, rarement en CB, sauf dans de grands restaurants ou hôtels.

Décalage horaire

Ca y est, on se rapproche de la France, il va falloir enlever 1 heure à nos montres: le décalage est de 3 heures avec la France alors qu’il est de 4 heures côté Kirghize.

Cela signifie que lorsqu’il est 12h en France, il est 15h à Tashkent.

Mais c’est valable pour l’heure d’été. En hiver, il faut compter +4h.


4 commentaires

Debreucq Michel · 5 octobre 2019 à 08:10

Attention pour l’assurance !! Il est important qu’elle couvre surtout les dégâts que tu pourrais causer sur les autres.
Par ailleurs, effectivement le jerrycan me semble indispensable.

    Philippe · 10 octobre 2019 à 14:27

    Exact pour l’assurance !
    Tellement surpris d’avoir passé la douane si rapidement, on a oublié de regarder pour l’assurance à la sortie…
    Mais on est à Tashkent dans pas longtemps (si on arrive à passer le col 😉 ), on regardera à ce moment.

dominique · 6 octobre 2019 à 09:23

sympa les infos, merci

    Philippe · 10 octobre 2019 à 14:24

    Merci beaucoup! Je mettrai à jour cette fiche une fois sortis du pays car entre ce qu’on imagine à travers les recherches sur Internet et ce qu’on rencontre réellement une fois dans le pays, il y a parfois des grands écarts !
    Je m’en suis rendu compte sur des pays comme la Russie ou le Kazakhstan.

Laisser un commentaire